Eco ModelHob / Scout [RETRO] / Remise en service du modèle

15 sujets de 1 à 15 (sur un total de 20)
  • Auteur
    Messages
  • #88706
    Pascal2
    Participant

    Bonjour,

    Certains se souviennent de ce trainer 2 axes commercialisé durant les années 90, avec moteur mabuchi 550 (ou speed600) produit par la firme espagnole ModelHob et distribué pour la France par Promodels (alias A2PRO). Repris pour une collection d’aéromodélisme sous la nomination Scout. J’avais écris sur les archives des forums que j’allais ressortir ce vieux « coucou », non pas pour son pilotage simple, mais plus par nostalgie, disons les premiers modèles électriques que je possède(ais)…

    scout1.jpg

    Petit rappel des caractéristiques initiales :

    Envergure: 1,25 m
    Longueur: 0,98 m
    Poids: 1,350kgs

    Surface alaire: 25,6 dm²
    Profil: Clark Y
    Moteur: Electrique « Mabuchi 550 « 
    Hélice: 20×10 (8×4)
    Batterie: 6 éléments 7,2 V ou 7 éléments 8,4V / 1200 mAh
    Radio: 2-3 voies

    Fonctions: direction et profondeur

    Histoire de l’ECO produit par ModelHob / Scout

    Ce « petit » avion de type « trainer » 2 axes avec seulement 2 commandes, soit la profondeur et la direction, permettait de s’initier à la construction simplement et efficacement !
    Il était produit par la firme espagnole Modelhob, hélas disparue à la fin des années 90 :( C’était un des premiers électriques d’initiation pour débutants, propulsé par un moteur électrique « Mabuchi 550 » (repris par Graupner sous l’étiquette Speed 600) afin de découvrir l’aéromodélisme ET « électrique ».

    Cependant à l’époque dont les moteurs thermiques régnaient en masse, je doute que des débutants réussirent à faire voler ce modèle surtout s’ils étaient isolés. En effet le moteur produit peu de watts utiles, le couple est faible et la construction légère, il est difficile à l’avion de résister à des crashs éventuels ! Le système de caoutchouc utilisé ne semble pas si efficace que cela pour maintenir le moteur à balais et éviter la casse de l’avant du fuselage.

    Il faut également se situer à cette époque, si proche mais si lointaine à la fois, dans les clubs il y avait beaucoup de « trainers » thermiques, l’électrique en était encore à ses débuts… certains trouvaient les propulsions « molles », et l’autonomie ridicule..

    Avec les techniques actuelles, il est maintenant possible de propulser efficacement cet avion, et de le faire voler avec une autonomie bien supérieure !

    scout7.jpg

    Analyse du modèle

    J’ai donc ressorti le modèle, les clés d’ailes étant cassées, il faudra donc les décoller et refaire par sécurité une pièce en bois épaisse pour relier celles-ci (en plus des nouvelles clés d’ailes à redécouper), et cela afin de corriger une légère erreur de construction initiale (cf paragraphe « réparation de l’aile »). Puis entoiler le tout.

    Concernant le fuselage, il est irrécupérable, il faut donc le reconstruire, léger, en prenant en compte que la propulsion électrique sera bien plus légère et puissante qu’il y a 20 ans !
    Donc pas question d’alourdir la queue de l’avion, concernant le nez, je trouve la construction trop complexe pour un modèle de ce type, je veux dire, que beaucoup de « petites » pièces en bois sont utilisées pour peu de choses, par conséquent pour simplifier, les flancs du fuselage seront prolongés et formeront le nez, mais plus de détails ci dessous…

    Le stabilisateur et la dérive pourront être de nouveau utilisés après un ré-entoilage pour leur redonner un aspect neuf et luisant :)
    Le kit déco initial possédé en double sera utilisé, toutefois je devrais découper les parties transparentes au plus proche des motifs car elles sont un peu jaunies par les années passées… Je disposerais les autocollants différemment pour changer.

    Reconstruction du fuselage

    J’ai reconstruit le fuselage car celui-ci est donc complètement détruit… tout d’abord j’ai découpé les flancs suivant le plan, mais en les prolongeant, c’est-à-dire en incluant la longueur du capot moteur afin de me passer de lui et simplifier la construction (suppression des profilés triangulaires). Le nez est donc entièrement en bois, le dessus/dessous en bloc de balsa poncé, et à l’avant la classique cloison « pare-feux » en contreplaqué, sur laquelle on percera les trous pour la fixation et l’aération du moteur brushless à cage tournante. Bref une solution classique et bien connue des modélistes. Pour faciliter la mise en place du moteur, il n’y a pas une trappe amovible mais 2 à présent, maintenues chacune par un aimant et un bout de ruban adhésif utilisé comme charnière, solution peu couteuse, simple et légère.

    scout2b.jpg

    Le restant de la construction est similaire à l’originale et très légère, peut-être même un peu trop, toutefois le but n’étant pas d’allourdir la poutre de queue, car le nez sera bien plus léger qu’auparavant !

    Réparation de l’aile

    Concernant l’aile, la réparation étant assez laborieuse, il aura fallu décoller les clés d’ailes cassées, celles-ci en contreplaqué d’1 mm d’épaisseur (… et glissées dans les nervures en plastique injecté), pour ma part je pense qu’elles sont un peu trop « fines ». Pour ce faire j’ai du enlever une partie du coffrage à l’emplanture des deux parties de l’aile, puis décoller les clés, et ensuite j’ai réalisé une pièce à partir d’une planche en balsa de 5mm d’épaisseur et en suivant le profil « clark Y », pour corriger l’angle, plus exactement pour que les demi-ailes « portent bien » entre elles car il faut noter que le dièdre est accusé, et la base de chaque section doit être poncée « inclinée » (ce qui n’était pas fait correctement lors de la construction initiale).

    scout3b.jpg

    Ceux-ci fait, après un bon ponçage, mastiquage, l’aile est prête à entoiler..

    Stabilisateur et dérive

    Pour la dérive et la gouverne de direction, elles ont été ré-entoilées et de même concernant le stabilisateur ainsi que la profondeur.

    Entoilage du fuselage

    Le nouveau fuselage terminé et après ponçage du nez, des angles, celui ci a été soufflé, nettoyé, et entoilé, le résultat est très satisfaisant, surtout concernant le nez en bois, j’aurais pu arrondir peut-être un peu plus, mais bon l’essentiel est que l’on peut maintenant y mettre n’importe quel moteur, faisant au maximum d’un diamètre extérieur de 40 mm ou un peu moins !

    scout6.jpg

    Finitions avant les essais au sol…

    Pour les commandes, j’ai utilisé 2 tringles en métal et conduits en plastique que je possédais, pour le patin de queue, je l’ai refais et ajouté une petite roulette..
    Le train principal moins large a été refait en corde piano de section plus importante, les roues sont neuves et de diamètre similaire à l’origine.

    Comme dit précédemment, le capot moteur est maintenant amovible. Ah également j’oubliais ! Le train principal est glissé par le dessous et peut être retiré pour des atterrissages sur terrain difficile, je n’ai pas fermé volontairement le vide entre chaque corde à piano, bref j’ai raccourci la pièce en bois.

    Le moteur installé est un brushless à cage tournante, un 28×30, qui entrainera une hélice 7X5 ou 8X4, sa puissance absorbée, sera de 135 à 160W, ce qui conviendra parfaitement à ce trainer, étant donné que le modèle ne pèse plus que 750 grs, servos, récepteur, contrôleur, moteur, cône, hélice, train, inclus ! A cela il faudra ajouter le pack Lipo on atteindra 1000, voir 1050 grs, notez l’économie de poids par rapport aux caractéristiques ci dessus (1,35 kg à l’époque) pour une puissance similaire voir supérieure !!

    scout4.jpg

    Pour la batterie justement, ayant fait le ménage, j’attends de recevoir des 3S / 11,1V / 2500 et 2600 mAh. Pour le nombre de C, vu que l’on trouve maintenant difficilement en dessous de 30C, j’ai pris ce que je pouvais, mais un 20C aurait suffit, les miennes sont des 35C! Le moteur ne consommera « que » 13 à 16A en fonction de l’hélice utilisée.

    L’autonomie sera bien supérieure aux 5 « pauvres » minutes que permettait le moteur à balais 550 et son gros pack de batteries Ni-XX ! Il faut prendre en compte que le moteur pesait 100 grs de plus que celui installé à présent, que le pack Ni-CD 250 grs en 7,2V ou près de 300 grs en 8,4V ! La puissance sera d’autant plus constante, puisque pour les plus anciens, ils se souviendront du taux de décharge des accus NI-XX, la puissance diminuait au fil des minutes, secondes drastiquement ! Ce qui n’est pas le cas des Lipos…

    Bien entendu on peut lui installer un moteur brushles plus puissance de 30 en diamètre, la puissance atteindra 200W, le modèle sera propulsé au plafond en quelques secondes ! attention toutefois au diamètre de l’hélice et la garde au sol. :rolleyes: Je ferais sûrement l’essai, étant donné que le nez est léger, le pack Lipo devra être situé à l’avant et non plus (je pense) à son compartiment dédié et ouvert, voir photo en haut de cet article, de l’avion en vol. En tout cas il y a la place sous le capot moteur, c’est déjà cela ! Le but étant d’éviter d’embarquer une masse inutile, voilà pourquoi j’ai choisi des Lipos de 2600 mAh pour garantir des vols de 15/20 minutes et gagner en autonomie ;)

    scout5.jpg

    A ce jour, attente des guignols, pack d’accus, et hélices…

    A suivre …

    #94175
    Pascal2
    Participant

    Bonjour,

    Certains se souviennent de ce trainer 2 axes commercialisé durant les années 90, avec moteur mabuchi 550 (ou speed600) produit par la firme espagnole ModelHob et distribué pour la France par Promodels (alias A2PRO). Repris pour une collection d’aéromodélisme sous la nomination Scout. J’avais écris sur les archives des forums que j’allais ressortir ce vieux « coucou », non pas pour son pilotage simple, mais plus par nostalgie, disons les premiers modèles électriques que je possède(ais)…

    scout1.jpg

    Petit rappel des caractéristiques initiales :

    Envergure: 1,25 m
    Longueur: 0,98 m
    Poids: 1,350kgs

    Surface alaire: 25,6 dm²
    Profil: Clark Y
    Moteur: Electrique « Mabuchi 550 « 
    Hélice: 20×10 (8×4)
    Batterie: 6 éléments 7,2 V ou 7 éléments 8,4V / 1200 mAh
    Radio: 2-3 voies

    Fonctions: direction et profondeur

    Histoire de l’ECO produit par ModelHob / Scout

    Ce « petit » avion de type « trainer » 2 axes avec seulement 2 commandes, soit la profondeur et la direction, permettait de s’initier à la construction simplement et efficacement !
    Il était produit par la firme espagnole Modelhob, hélas disparue à la fin des années 90 :( C’était un des premiers électriques d’initiation pour débutants, propulsé par un moteur électrique « Mabuchi 550 » (repris par Graupner sous l’étiquette Speed 600) afin de découvrir l’aéromodélisme ET « électrique ».

    Cependant à l’époque dont les moteurs thermiques régnaient en masse, je doute que des débutants réussirent à faire voler ce modèle surtout s’ils étaient isolés. En effet le moteur produit peu de watts utiles, le couple est faible et la construction légère, il est difficile à l’avion de résister à des crashs éventuels ! Le système de caoutchouc utilisé ne semble pas si efficace que cela pour maintenir le moteur à balais et éviter la casse de l’avant du fuselage.

    Il faut également se situer à cette époque, si proche mais si lointaine à la fois, dans les clubs il y avait beaucoup de « trainers » thermiques, l’électrique en était encore à ses débuts… certains trouvaient les propulsions « molles », et l’autonomie ridicule..

    Avec les techniques actuelles, il est maintenant possible de propulser efficacement cet avion, et de le faire voler avec une autonomie bien supérieure !

    scout7.jpg

    Analyse du modèle

    J’ai donc ressorti le modèle, les clés d’ailes étant cassées, il faudra donc les décoller et refaire par sécurité une pièce en bois épaisse pour relier celles-ci (en plus des nouvelles clés d’ailes à redécouper), et cela afin de corriger une légère erreur de construction initiale (cf paragraphe « réparation de l’aile »). Puis entoiler le tout.

    Concernant le fuselage, il est irrécupérable, il faut donc le reconstruire, léger, en prenant en compte que la propulsion électrique sera bien plus légère et puissante qu’il y a 20 ans !
    Donc pas question d’alourdir la queue de l’avion, concernant le nez, je trouve la construction trop complexe pour un modèle de ce type, je veux dire, que beaucoup de « petites » pièces en bois sont utilisées pour peu de choses, par conséquent pour simplifier, les flancs du fuselage seront prolongés et formeront le nez, mais plus de détails ci dessous…

    Le stabilisateur et la dérive pourront être de nouveau utilisés après un ré-entoilage pour leur redonner un aspect neuf et luisant :)
    Le kit déco initial possédé en double sera utilisé, toutefois je devrais découper les parties transparentes au plus proche des motifs car elles sont un peu jaunies par les années passées… Je disposerais les autocollants différemment pour changer.

    Reconstruction du fuselage

    J’ai reconstruit le fuselage car celui-ci est donc complètement détruit… tout d’abord j’ai découpé les flancs suivant le plan, mais en les prolongeant, c’est-à-dire en incluant la longueur du capot moteur afin de me passer de lui et simplifier la construction (suppression des profilés triangulaires). Le nez est donc entièrement en bois, le dessus/dessous en bloc de balsa poncé, et à l’avant la classique cloison « pare-feux » en contreplaqué, sur laquelle on percera les trous pour la fixation et l’aération du moteur brushless à cage tournante. Bref une solution classique et bien connue des modélistes. Pour faciliter la mise en place du moteur, il n’y a pas une trappe amovible mais 2 à présent, maintenues chacune par un aimant et un bout de ruban adhésif utilisé comme charnière, solution peu couteuse, simple et légère.

    scout2b.jpg

    Le restant de la construction est similaire à l’originale et très légère, peut-être même un peu trop, toutefois le but n’étant pas d’allourdir la poutre de queue, car le nez sera bien plus léger qu’auparavant !

    Réparation de l’aile

    Concernant l’aile, la réparation étant assez laborieuse, il aura fallu décoller les clés d’ailes cassées, celles-ci en contreplaqué d’1 mm d’épaisseur (… et glissées dans les nervures en plastique injecté), pour ma part je pense qu’elles sont un peu trop « fines ». Pour ce faire j’ai du enlever une partie du coffrage à l’emplanture des deux parties de l’aile, puis décoller les clés, et ensuite j’ai réalisé une pièce à partir d’une planche en balsa de 5mm d’épaisseur et en suivant le profil « clark Y », pour corriger l’angle, plus exactement pour que les demi-ailes « portent bien » entre elles car il faut noter que le dièdre est accusé, et la base de chaque section doit être poncée « inclinée » (ce qui n’était pas fait correctement lors de la construction initiale).

    scout3b.jpg

    Ceux-ci fait, après un bon ponçage, mastiquage, l’aile est prête à entoiler..

    Stabilisateur et dérive

    Pour la dérive et la gouverne de direction, elles ont été ré-entoilées et de même concernant le stabilisateur ainsi que la profondeur.

    Entoilage du fuselage

    Le nouveau fuselage terminé et après ponçage du nez, des angles, celui ci a été soufflé, nettoyé, et entoilé, le résultat est très satisfaisant, surtout concernant le nez en bois, j’aurais pu arrondir peut-être un peu plus, mais bon l’essentiel est que l’on peut maintenant y mettre n’importe quel moteur, faisant au maximum d’un diamètre extérieur de 40 mm ou un peu moins !

    scout6.jpg

    Finitions avant les essais au sol…

    Pour les commandes, j’ai utilisé 2 tringles en métal et conduits en plastique que je possédais, pour le patin de queue, je l’ai refais et ajouté une petite roulette..
    Le train principal moins large a été refait en corde piano de section plus importante, les roues sont neuves et de diamètre similaire à l’origine.

    Comme dit précédemment, le capot moteur est maintenant amovible. Ah également j’oubliais ! Le train principal est glissé par le dessous et peut être retiré pour des atterrissages sur terrain difficile, je n’ai pas fermé volontairement le vide entre chaque corde à piano, bref j’ai raccourci la pièce en bois.

    Le moteur installé est un brushless à cage tournante, un 28×30, qui entrainera une hélice 7X5 ou 8X4, sa puissance absorbée, sera de 135 à 160W, ce qui conviendra parfaitement à ce trainer, étant donné que le modèle ne pèse plus que 750 grs, servos, récepteur, contrôleur, moteur, cône, hélice, train, inclus ! A cela il faudra ajouter le pack Lipo on atteindra 1000, voir 1050 grs, notez l’économie de poids par rapport aux caractéristiques ci dessus (1,35 kg à l’époque) pour une puissance similaire voir supérieure !!

    scout4.jpg

    Pour la batterie justement, ayant fait le ménage, j’attends de recevoir des 3S / 11,1V / 2500 et 2600 mAh. Pour le nombre de C, vu que l’on trouve maintenant difficilement en dessous de 30C, j’ai pris ce que je pouvais, mais un 20C aurait suffit, les miennes sont des 35C! Le moteur ne consommera « que » 13 à 16A en fonction de l’hélice utilisée.

    L’autonomie sera bien supérieure aux 5 « pauvres » minutes que permettait le moteur à balais 550 et son gros pack de batteries Ni-XX ! Il faut prendre en compte que le moteur pesait 100 grs de plus que celui installé à présent, que le pack Ni-CD 250 grs en 7,2V ou près de 300 grs en 8,4V ! La puissance sera d’autant plus constante, puisque pour les plus anciens, ils se souviendront du taux de décharge des accus NI-XX, la puissance diminuait au fil des minutes, secondes drastiquement ! Ce qui n’est pas le cas des Lipos…

    Bien entendu on peut lui installer un moteur brushles plus puissance de 30 en diamètre, la puissance atteindra 200W, le modèle sera propulsé au plafond en quelques secondes ! attention toutefois au diamètre de l’hélice et la garde au sol. :rolleyes: Je ferais sûrement l’essai, étant donné que le nez est léger, le pack Lipo devra être situé à l’avant et non plus (je pense) à son compartiment dédié et ouvert, voir photo en haut de cet article, de l’avion en vol. En tout cas il y a la place sous le capot moteur, c’est déjà cela ! Le but étant d’éviter d’embarquer une masse inutile, voilà pourquoi j’ai choisi des Lipos de 2600 mAh pour garantir des vols de 15/20 minutes et gagner en autonomie ;)

    scout5.jpg

    A ce jour, attente des guignols, pack d’accus, et hélices…

    A suivre …

    #94176
    José B…..
    Participant

    bonjour.
    tu gardes toute la géométrie d’origine?

    perso j’en aurais profité pour passer le stab au dessus du fuselage. histoire d’étre un peu plus haut que les herbes de la piste a l’aterro.

    mais, c’est maladif, je ne peux m’empêcher de modifier quelque chose. :(

    sympa ton projet. ;)

    #94177
    Pascal2
    Participant

    Salut,

    Oui tout gardé, il est vrai que j’aurais pu le passer dessus afin de le protéger ou du moins à la 1/2 de la hauteur de la section arrière du fuselage (en le glissant par l’extrémité arr) :rolleyes: je me posais la question pourquoi les concepteurs n’avaient pas eu l’idée…
    Heureusement la pelouse est peu haute et souple, enfin ce moment c’est plutôt l’inverse, plutôt sèche et courte ce mois ci (sécheresse) :(

    @+

    #94179
    segiraudeau
    Participant

    Ca ne peut que marcher. Le nez est long, le centrage en sera facilité. J’ai personnellement motorisé avec du matériel moderne ( brushless + 1500mah 3S ) un Super Miss qui traînait sur mes étagères. Il était prèvu à l’origine pour un speed 400 et 7 à 8 élements Ni-Cad, même en mettant tout le plus en avant possible, il a fallu que je rajoute 40 gr de plomb juste derrière l’hélice. J’ai pourtant mis le moteur le plus lourd que j’avais, mais qui est capable de prendre 200W… En jouant sur l’hélice je l’ai limté à 170W, bon, côté puissance ça va… ca monte aux arbres même!

    #94181
    Pascal2
    Participant

    Je possède justement un Miss motorisé avec une configuration de puissance légèrement inférieure à celle présenté pour l’ECo / Scout dont il est sujet ici, et le Miss monte au plafond ;) Et comme toi j’ai du y ajouter pas mal de plomb pour respecter le centrage 8) 8.(

    J’ouvrirais de nouveau* un sujet sur ce modèles Miss de Scorpion, ou tu peux le faire toi aussi :)

    *j’avais ouvert un sujet sur les anciens forums : https://www.aeromodelisme.org/archives/forums/viewtopic.php?id=7428

    #94183
    José B…..
    Participant

    sur un fuselage de ce type il est toujours possible de monter le moteur a l’extérieur, a l’aide de 4 colonnes.
    c’est moins joli mais ça permet d’avancer le CG.
    et aussi d’avancer aussi l’accu. si il n’y a pas un couple qui gêne.

    #94184
    Pascal2
    Participant

    Dans le cas de l’ECO/Scout, le centrage sera respecté puisqu’il y a de la place à l’avant, c’est justement pour cela que j’ai décalé la cloison pare-feu tout au bout du nez… car elle était placée plus en arrière, et c’est le capot plastique qui masquait le moteur sur la version d’origine ;) Le fait de l’avancer permet de fixer n’importe quel moteur, et de placer à la suite un pack Lipo avec suffisamment d’espace entre le moteur et l’accu. Une fois le pack choisi, je mettrais une petite butée ou séparation pour éviter que ce dernier ne vienne contre le moteur..

    Bref l’hélice est placée actuellement au même niveau que l’ancienne config et version d’origine, soit avant un moteur M550 qui passait au travers de la cloison pare feu et était maintenu sur 2 tétons en hêtre, par 2 élastiques en caoutchouc. Ce sytème était fragile, car les tétons n’étaient pas maintenus en bout :/

    scout8.jpg

    Pour le Miss (autre avion différent que le sujet pour ceux qui nous lisent), c’est plus compliqué… l’espace étant réduit, la poutre arrière plutôt lourde, il faut ajourer une cloison… et/ou placer le moteur plus en avant, comme tu le décris ;)

    #94341
    imported_MrWhite
    Participant

    Bonjour,

    Ce sujet tombe à pic pour moi, j’ai hérité de cette même ancienne collection de livrets et j’essaie de construire le Scout (alias l’Eco de Modelhob). Je me posais aussi la question de remonter le stab pour éviter les accrochages au sol, mais faut-il dans ce cas prévoir une modif du calage de l’incidence du stab, voir de l’aile ?

    Par ailleurs j’ai prévu de le motoriser avec un Turnigy 2826/10, 1400kv. Est-ce suffisant pour ce modèle d’après vous ? :rolleyes:

    Par avance merci à vous,

    Mr White.

    #94342
    José B…..
    Participant

    bonsoir.
    tu peux monter le stab aussi haut que tu veux.
    même en haut de la dérive. :) l’important est que tu conserves son calage par rapport au calage de l’aile.

    sur ce modèle la ligne de référence semble être le bas du fuselage et le stab est calé sur cette ligne.
    tu peux donc le « remonter » tant que tu veux…. si tu restes // a cette référence. ;)

    je n’ai pas trouvé (chez HK) le Turnigy 2826/10, 1400kv je n’ai vu que ça
    ça risque d’étre un peu juste avec une 3S . mais suffisant pour faire des vols tranquilles. (très tranquille) :)
    A+ josé

    #94343
    imported_MrWhite
    Participant

    Bonsoir,

    Merci José pour ces précisions, en effet mon moteur risque d’être un peu juste c’est ce que je craignais :(

    c’est celui là :
    https://hobbyking.com/en_us/d2826-10-1400kv-brushless-motor.html

    Pour le stab j’essaierai de tenter la modif, on verra… ;)

    Je mettrais bien des photos du montage mais la gestion des images est un peu galère avec le forum…

    A+

    #94344
    José B…..
    Participant

    ça va le faire. ;)
    mais si tu peux gagner « un peu » de poids ce serait tout bénèf.

    tu peux, par exemple, remplacer tes longerons bois par du carbone: tube 3mm ou plat 1×5. et ton BA par un tube 4mm.
    tu gagnerais assez en rigidité pour te passer du coffrage.
    A+

    #94346
    imported_MrWhite
    Participant

    Ok tant mieux pour le moteur si ça passe, mais j’imagine que mon Scout ne grimpera certainement pas aux mur avec celui là ;)

    Malheureusement j’ai déjà monté une 1/2 aile avec les 2 longerons en pin d’origine et les nervures pvc, le tout n’est effectivement pas des plus léger 8.(

    Il me reste sur cette aile à coller le coffrage supérieur et le saumon, en balsa, ouf ;)

    #94347
    José B…..
    Participant

    te casses pas, ça volera. ;)
    si Pascal passe dans le coin, il sera surement + apte que moi a te conseiller.
    il a construit le modèle, lui. :)

    #95399
    Pascal2
    Participant

    Bonjour,

    Je peux te confirmer qu’avec le moteur cité, le Scout (ou Eco), grimpe avec puissance! Vu l’économie de poids réalisé par la nouvelle propulsion, celle ci est plus suffisante !
    C’est le jour et la nuit, en comparaison de l’ancienne motorisation type 550/600.

    Le but étant d’avoir une durée de vols de 15/20 minutes.

    Le mien a volé quelques fois sous sa nouvelle config.

    a+

15 sujets de 1 à 15 (sur un total de 20)
  • Vous devez être connecté pour répondre à ce sujet.